Gabriel Cramer et les points singuliers des courbes algébriques

J’ai publié un article dans le huitième numéro de la revue en ligne de l’UVSQ Circé – Histoires, Cultures et Sociétés (avril 2016), qui propose un beau dossier « histoire des sciences ». Cet article s’intitule
Entre algèbre et géométrie : la question des points de serpentement et de rebroussement dans la correspondance de Gabriel Cramer avec Euler et D’Alembert, et vous pouvez le lire ici.

Continuer la lecture de « Gabriel Cramer et les points singuliers des courbes algébriques »

(Hist)Maths février 2016

Voici ma sélection mensuelle de contenus mathématiques, trouvés sur le web tout au long de ce mois de février 2016. Au menu : les nombres ordinaux chez Eljj, les nombres de Fermat chez Blogdemaths, un nouveau numéro d’Accromaths, l’hommage de Cédric Villani à Marcel Audin, de nombreux articles en provenance d’Images des mathématiques, la dernière conférence du cycle Un texte un mathématicien, etc. Bonne lecture !

View my Flipboard Magazine.

Photo : Tom Beddard

Sociabilité mondaine de Gabriel Cramer à Paris 1747-48 (2)

Dès son arrivée à Paris en avril 1747, Gabriel Cramer est introduit par Buffon dans la compagnie de la comtesse du Rumain, et par Clairaut dans celle de mademoiselle Ferrand, avec qui nous avons fait connaissance dans la première partie de ce billet. Le genevois fréquentait également la maison de Marie-Thérèse Rodet, plus connue sous le nom de  madame Geoffrin, qui sera un de ses plus fort soutiens dans sa quête d’une place d’associé étranger de l’ Académie royale des sciences.

Continuer la lecture de « Sociabilité mondaine de Gabriel Cramer à Paris 1747-48 (2) »

Sociabilité mondaine de Gabriel Cramer à Paris 1747-48 (1)

Le second séjour parisien de Gabriel Cramer entre avril 1747 et avril 1748, comme précepteur du jeune prince héréditaire Frédéric de Saxe-Gotha, est une occasion unique pour le genevois de renouer avec ses amis parisiens Buffon, Clairaut ou Dortous de Mairan (qu’il a connus pour l’essentiel lors de son premier séjour en 1729), de se faire de nouvelles relations (il y fait la rencontre de D’Alembert, par exemple), et d’acquérir de nouvelles connaissances.

Un des aspects les plus intéressants de ce séjour (et peut-être des plus inattendus, pour lui) est sa fréquentation de la bonne société (savante, littéraire, aristocratique ou diplomatique) qui se presse dans les dîners et soupers donnés en ville. Il est ainsi régulièrement assidu dans trois maisons, tenues par des femmes remarquables : Mademoiselle Ferrand, Madame du Rumain et Madame Geoffrin avec qui je vous propose, dans ce billet (et le suivant), de faire plus ample connaissance.

Continuer la lecture de « Sociabilité mondaine de Gabriel Cramer à Paris 1747-48 (1) »

Lieux de recherche #01 : la British Library

Il y a longtemps que j’ai envie d’écrire quelque chose sur les différents bâtiments ou structures – bibliothèques, archives, centres de recherche, universités, etc. – que j’ai été amené à fréquenter à l’occasion de mes travaux de recherche en histoire des mathématiques lors de ces cinq dernières années. Ces lieux sont toujours pour moi un sujet de curiosité et d’émerveillement : la quiétude des salles de lecture lors des recherches en archives, le prestige de bâtiments chargés d’histoire, la solennité des bibliothèques, tout cela concourt au plaisir que je ressens chaque jour à mener mes recherches.

J’inaugure donc aujourd’hui, avec ce premier billet, une série d’articles sur ces « lieux de recherche », en commençant par celui d’entre eux que j’ai visité le plus récemment : la British Library de Londres, qui est l’équivalent britannique de la Bibliothèque nationale de France, dont je parlerai plus tard.

Continuer la lecture de « Lieux de recherche #01 : la British Library »